Comment choisir une pompe surpresseur d’eau ?

Pompe surpresseur d'eau de jardin

La pompe surpresseur est un dispositif qui permet d’aspirer l’eau et de la refouler avec une pression plus forte en toute indépendance ou intégrer au réseau de distribution d’eau.

Conseils pour bien choisir une pompe surpresseur d’eau domestique

Pour résoudre les problèmes de pression d’eau sanitaire, la pompe surpresseur peut vite devenir incontournable. Un surpresseur domestique permet de réguler la consommation des installations domestiques telles que les lavabos, les toilettes, les machines à laver et autres en mettant en pression le réseau d’eau. La pompe surpresseur est une des solutions pour remédie aux problèmes de sous-pression dans une maison.

Composé d’une pompe et avec ou sans réservoir, le surpresseur permet d’augmenter la pression d’eau dans le réseau. Sur le marché, différents modèles de pompe surpresseur sont proposés, avec des puissances variées, les uns plus adaptés à certaines conditions que les autres. C’est pour cette raison qu’en fonction de l’emplacement et de l’utilisation prévus, il est important de bien choisir sa pompe surpresseur.

Que faut-il savoir sur la pompe surpresseur ?

La pompe surpresseur d’eau ou pompe de surface est un dispositif auto amorçant dont la fonction première est d’augmenter la pression de l’eau aspirée (par l’intermédiaire du raccord pour tuyau d’aspiration) avant refoulement (à travers le raccord pour tuyau de refoulement). Elle est utile pour pomper l’eau sur de grandes distances en association avec des tuyaux de distribution.

Installée en surface, elle est raccordée à un tuyau d’aspiration et l’eau aspirée est ensuite refoulée vers les sorties pour desservir les installations domestiques. Il existe des pompes pour une utilisation sanitaire et des pompes pour l’arrosage.

Différence entre un surpresseur, une pompe surpresseur et un groupe de surpression

  • Le surpresseur : il a pour rôle d’augmenter la pression du réseau d’eau. Le surpresseur peut être associé aussi bien avec une pompe de surface qu’avec un pompe immergée.  L’association du surpresseur avec une pompe forme ainsi une pompe surpresseur qui a de meilleur rendement pour l’aspiration et le refoulement de l’eau.
  • Le groupe de surpression : est un dispositif composé d’un réservoir à vessie, d’une pompe de surface et d’un surpresseur. Le groupe de surpression également connu sous le vocable de groupe hydrophore fonctionne de façon automatique. Une fois le réservoir rempli, la pompe se coupe. Elle s’amorcera une fois que l’eau refoulée atteint de nouveau une limite. Toute chose égale par ailleurs, plus la cuve du réservoir du groupe de surpression est grande, moins elle s’amorcera et à la clé, des économies. A noter qu’une cuve plus volumineuse, engendre également plus de bruit lorsque le groupe hydrophore est en marche.
Groupe de surpression avec un tuyau d’aspiration équipé d’une crépine

Les critères pour choisir une pompe surpresseur

Le débit de la pompe de surpression

Premièrement, le débit est une donnée à prendre en compte pour choisir une pompe de surface. Il représente la quantité d’eau que la pompe peut refouler en un temps t. Il s’exprime en mètre cube par heure (m3/h) ou encore en litre par minute.

Pour choisir une pompe surpresseur avec un bon débit, il faut évaluer les installations à alimenter, le débit déjà disponible et le débit que l’on souhaite obtenir. Selon certaines estimations, un jardin consomme près de 7 litres d’eau par m² tandis que les autres installations en consomment près de 200 litres.

Le débit de votre pompe surpresseur doit valoir au moins le tiers (1/3) de votre consommation journalière. Pour une maison avec au plus 5 habitants et un petit jardin d’environ 500 m² à arroser, il faudrait une pompe surpresseur avec un débit instantané de près de 2m3/h.

Une pompe avec un débit instantané de 4m3/h est cependant plus indiquée pour un domaine avec une grande famille et un terrain à arroser d’environ 1 000m².

La pression de la pompe surpresseur, un critère de choix important

La pression indique la force avec laquelle l’eau aspirée par la pompe est ensuite refoulée. C’est donc un critère important à prendre en compte pour choisir sa pompe surpresseur.

Sur un bâtiment, la pression obtenue avec une pompe surpresseur dépend grandement de l’installation. En effet, pour un même débit, un tuyau de petite section donnera plus de pression qu’un tuyau de grande section.

Le débit et la pression sont donc en étroite corrélation. À titre indicatif, à partir de 3 consommateurs simultanément branchés, la pression nécessaire est un minimum de 5 bars.

La puissance

Une pompe surpresseur avec un moteur performant est la garantie d’un bon dispositif. Le choix du surpresseur doit donc se baser sur les caractéristiques du moteur, notamment sa puissance.

Avec un surpresseur d’une puissance de 800 watts, deux utilisateurs peuvent se brancher simultanément. Au-delà de ce nombre d’utilisateurs, la puissance minimale requise est de 1000 watts, voire plus.

Les hauteurs à parcourir

Les hauteurs de chute maximale et la hauteur initiale doivent être fonction de la citerne et de la surface. Généralement, il faut une pompe à eau surpresseur d’environ 9 m de hauteur d’aspiration pour l’arrosage des jardins. On y ajoute 50 m de hauteur de refoulement pour l’irrigation.

Certains modèles de pompe surpresseur sont même dotés d’un mode arrêt automatique. Ainsi, à partir du moment où l’eau commence à manquer, le mode remplissage s’active.

Le volume du réservoir de la pompe surpresseur

Pour une utilisation domestique, il est conseillé de choisir un surpresseur avec un réservoir d’une capacité minimale de 60 l. Le volume du réservoir est un facteur important car il permet d’économiser de l’énergie électrique. Plus le réservoir est volumineux, moins le groupe de surpression s’amorcera souvent.

Nous convenons qu’il n’est pas utile de faire fonctionner la pompe juste pour utiliser une chasse d’eau. La réserve d’au moins 60 L permettra donc de couvrir les besoins primaires de votre habitation.

Toutefois si vous souhaitez une pompe pour l’arrosage du jardin, il n’est pas nécessaire d’opter pour une si grande capacité. En pratique, au cours d’un arrosage, la réserve d’eau est presque toujours consommée. Il ne sert donc à rien de s’encombrer avec une réserve décorative.

Pour le cas où la pompe doit servir autant pour l’arrosage du jardin que pour les autres installations de la maison, la pompe surpresseur sera plus utile avec un réservoir d’au moins 100 L.

L’usage réservé : eau claire, eau chargée, eau fortement chargée

Si vous utilisez l’eau de puits ou de pluie et voulez un surpresseur domestique pour vos besoins en eau à la maison et au jardin, orientez-vous vers une pompe surpresseur d’eau potable (eau claire -> granulométrie de 0 mm en ce qui concerne les matières en suspension) ayant un filtre.

Si la pompe est destinée à aspirer une eau chargée (granulométrie inférieure à 20 mm), il faudra opter pour une pompe spécifique : celle utilisée par exemple pour rivières et points d’eau.

Pour les eaux fortement chargées (granulométrie supérieure à 20 mm), il faudra éviter d’utiliser une pompe surpresseur.

Dans tous les cas, il est fortement recommandé d’utiliser toujours une crépine au bout du tuyau d’aspiration qui agira comme un filtre lors de l’aspiration.

L’ergonomie de la pompe

Un surpresseur ergonomique est un surpresseur qui démarre automatiquement lorsqu’un des robinets de puisage est ouvert. Une pompe arrosage automatique permettra d’avoir constamment à disposition de l’eau avec une bonne pression.

Une pompe pour arrosage qui est effectivement ergonomique permet un meilleur entretien des espaces verts.

Le niveau de bruits émis par la pompe en fonctionnement

Le modèle sera choisi en fonction de l’endroit où votre pompe surpresseur sera installée. A l’intérieur ou à proximité des locaux, un appareil sans bruits sera plus adapté à l’intérieur de la maison.

Si par contre votre dispositif est prévu pour rester au garage, ou éloigné des pièces, un modèle moins silencieux peut tout à fait convenir. Une pompe de jardin par exemple ne nécessite pas d’être totalement silencieuse.

Le prix de la pompe envoie des signaux de qualité et de résistance

Une pompe avec surpresseur de premier prix peut coûter environ une centaine d’euros tandis que des appareils plus sophistiqués pourront valoir jusqu’à 800 €.

Si l’on souhaite avoir de meilleurs rendements, les modèles de premier choix ne sont néanmoins pas les options les plus recommandées. En général, ils offrent moins de garantie quant à la résistance.

Dans tous les cas, nombreux sont les avantages que vous pouvez tirer d’un surpresseur, qu’il s’agisse d’un surpresseur eau de pluie, d’un surpresseur puits ou même d’un simple surpresseur arrosage. Le choix de la pompe surpresseur, lorsqu’il est bien effectué, vous rend indépendant pour votre alimentation en eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *